Le parc national de Gorkhi Terelj.

J’ai passé mon dernier week-end dans le parc national de Gorkhi Terelj, le parc national où il y a le fameux rocher de la tortue.

Le rocher de la tortue au parc national de Gorkhi Terej. Le 03 août 2012.

Le rocher de la tortue au parc national de Gorkhi Terej. Le 03 août 2012.

La première étape du week-end a consisté à trouver une voiture avec chauffeur : et là heureusement une personne a réussi à s’en occuper. Puis, nous sommes partis. Et au bout de quelques heures, nous sommes arrivés. Premier réflexe : trouver une ger pour dormir le soir puis aller manger. Nous avons logé dans un petit village à proximité de Gorkhi Terelj. En face, de la ger, il y avait un groupe d’hommes, je ne sais pas trop ce qu’il faisait. Je leur ai demandé si je pouvais les prendre en photo, ils ont accepté !

Un groupe d'hommes à Gorkhi Terelj. Le 03 août 2012.

Un groupe d’hommes à Gorkhi Terelj. Le 03 août 2012.

J’ aime bien cette photo : elle souligne une habitude des hommes mongols : ils ont souvent le torse à l’air ; un des hommes a un téléphone portable un symbole de la modernité dans un village perdu !

Nous avons pris la voiture, direction le rocher de la tortue (voir la photo ci-dessus). Nous avons été surpris de voir un autre rocher qui ressemble un peu à une tortue (encore !).

Le faux rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Le faux rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Et puis, il faut monter cette tortue, et il faut ensuite la descendre, et là ça peut devenir vite cocasse !

Descendre le rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Descendre le rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

J’avoue avoir été assez surprise de voir autant de Mongols se balader dans ce parc. Pour les Mongols, ce parc de Terelj est un peu l’équivalent de la Sainte Victoire pour les Aixois ! Alors parfois, on fait des rencontres !

Une rencontre dans la tortue. Le 03 août 2012.

Une rencontre dans la tortue. Le 03 août 2012.

Il faut l’avouer du haut de la tortue, la vue est sublime et instructive !

Les montagnes mongoles et les travaux ... Le  03 août 2012.

Les montagnes mongoles et les travaux … Le 03 août 2012.

Le parc national de Terelj est devenu un véritable parc à travaux … Difficile de dire s’il faut s’en réjouir ou s’en attrister ! Sur cette autre photo, j’ai supposé que les petits cabanons étaient destinés aux touristes à cause de la ressemblance avec les « maisons de vacances » dans le centre chrétien de Gacchurt. La couleur est en supplément !

Des cabanons à touristes à Terelj ? Le 03 août 2012.

Des cabanons à touristes à Terelj ? Le 03 août 2012.

Après avoir été au monastère d’ Aryapala (https://oulanbator2012.wordpress.com/2012/11/10/le-monastere-daryabal/.), nous sommes rentrés au petit village où nous logions. Le coin était vraiment mignon. Beaucoup de Mongols passaient aussi le début de soirée au bord de cette rivière !

Ballade au bord de la rivière dans le parc national de Terelj. Le 03 août 2012.

Ballade au bord de la rivière dans le parc national de Terelj. Le 03 août 2012.

Si on regard bien la photo, au fond à droite, on voit des maisonnettes  Je pense encore une fois qu’elles sont destinées aux Mongols un peu enrichis qui s’offrent une maison à la campagne ! Il faut souligner un paradoxe : pour les touristes occidentaux on installe des gers, signe de la culture mongole, pour les touristes mongols on construit des maisons de campagne à l’européenne !

Les préoccupations des Mongols le week-end ne sont pas si éloignées des nôtres : photographier et pianoter son iphone ! Je n’avais pas rencontré cette enthousiaste pour les technologies (que je ne rejette absolument pas, étant donné que j’en suis moi même accro !) au Sénégal ! Je verrai à Madagascar !

Un déjeuner sur l'herbe en Mongolie. Le 03 août 2012.

Un déjeuner sur l’herbe en Mongolie. Le 03 août 2012.

Et puis parfois, on rencontre des scènes typiquement mongoles.

Une scène un peu cocasse. Le 03 août 2012.

Une scène un peu cocasse. Le 03 août 2012.

On continue à faire des rencontres.

Le guide du cheval and me. Le 04 août 2012.

Le guide du cheval and me. Le 04 août 2012.

Ce petit guide était un petit malin. Nous avions demandé de faire une promenade en cheval d’une heure ! A l’heure des nouvelles technologies, aucun des Français de mon groupe avait une montre ! Donc impossible de surveiller l’heure ! Le guide nous fait faire une pause ! Puis part nager dans la rivière ! On revient, nous avions fait trois heures de ballade. Les loueurs des chevaux voulaient nous faire payer pour 3h00, pas question. Nous avons payé pour une 1h30 puis nous sommes partis ! L’argent et surtout l’arnaque aux touristes sont souvent un problème dans les pays en développement . Cette mésaventure n’a pas gâché la suite du week-end !

Une petite photo amusante pour terminer ce chapitre : je me souviens que je voulais absolument qu’on me prenne en photo les pieds dans l’eau, mais je ne sais plus à cause de quel pari débile ! Alors cap ou pas cap !

Cap ou pas cap. Le 04 août 2012.

Cap ou pas cap. Le 04 août 2012.

Soizic Morin.

Publicités

La gastronomie mongole : symbole de la mondialisation ?

Goûter la nourriture de l’autre, c’est goûter sa culture, aller à sa rencontre !

En Mongolie, et plus particulièrement à Oulan-Bator, le visiteur est face à une offre très variée : il a le choix entre la nourriture typiquement mongole comme les buzz ou bien le plat bien occidental comme la pizza. Mon premier repas à Oulan-Bator s’est fait dans une pizzeria ; je regrette de n’avoir pris aucune photo. Le décor de cette pizzeria était kitsch au possible, il ressemblait un peu à nos Bistr. R.main !

Quelques jours plus tard, j’ai eu l’occasion de manger dans un restaurant ouzbek, pareil je n’ai pas de photo, je n’ai pas osé en prendre !

Observer le type de restaurant, snack, bar à Oulan-Bator, c’est faire de la géographie, c’est prendre conscience que cette capitale s’est ouverte sur le monde (n’en déplaise aux manuels de géographie distribués dans les collèges), en d’autres termes : la Mongolie (ou au moins une partie) entre progressivement dans la mondialisation !

Se préparer à l'aventure même si c'est le dernier jour de mon voyage. Le 05 août 2012 sur la route de Genghis Khan !

Se préparer à l’aventure même si c’est le dernier jour de mon voyage. Le 05 août 2012 sur la route de Genghis Khan !

 

Le dharma, dhamma ou nom.

Le dharma traduit en Mongol par nom est un symbole très important du bouddhisme. Il fait partis des trois joyaux du bouddhisme.

La représentation du dharma au dessus de l'écriteau bleu au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

La représentation du dharma au dessus de l’écriteau bleu au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le dharma est représenté sous la forme d’une roue, il est encadré par deux cerfs. On peut voir sur cette photo, que la représentation du dharma ou nom mongol est accompagnée d’autres symboles bouddhistes : lion des neiges à l’entrée du temple, moulin à prière en haut à gauche. Les motifs représentés au sol sont de type mongol.

Soizic Morin

Quatre annimaux symboliques du bouddhisme en Mongolie : le lion des neiges, le dragon, le tigre et le garuda. La suite …

Je commence un nouvel article pour finir l’analyse du bestiaire croisé en Mongolie.

Le second animal croisé dans les monastères est le dragon. C’est un dragon qui symbolise les forces de la nature.

Le dragon au monastère de Gandegchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Le dragon au monastère de Gandegchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Le troisième animal est le tigre. Il représente la force.

Le tigre au monatère de Gandanchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Le tigre au monatère de Gandanchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

 

Enfin, le dernier est le garuda appelé aussi Khangarid en Mongolie. C’est la représentation d’un oiseau fabuleux. En Mongolie, cet oiseau mythique serait l’esprit d’une montagne d’un des premiers partisans du bouddhisme en Mongolie.

Le garuda ou Khangarid au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Le garuda ou Khangarid au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Soizic Morin.

 

Quatre annimaux symboliques du bouddhisme en Mongolie : le lion des neiges, le dragon, le tigre et le garuda.

Lors de mes ballades à Oulan-Bator ou quelques fois dans la steppe, j’ai observé des représentations d’annimaux. Il y avait  quatre représentations d’ annimaux : le lion des neiges, le dragon, le tigre et le garuda. Ils font partis de la symbolique bouddhiste.

Le lion des neiges est l’animal légendaire que j’ai croisé le plus souvent. Il est le symbole du courage. Il est le protecteur de Bouddha. Son corps est blanc comme la neige, ses pates, sa crinière ou sa queue peuvent être bleues ou vertes. J’ai rencontré plusieurs modèles.

Le lion des neiges au monastère Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012

Le lion des neiges au monastère Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Ce lion des neiges tient dans sa pate une sphère. C’est là que l’esprit carthésien de ma culture occidentale se heurte à la complexité de la culture mongole. Le lion tenant une sphère devant un temple est plutôt un élèment de la culture chinoise. Ce lion des neiges deviendrait alors un lion gardien des temples. Cependant, il n’existe pas de lions en Chine. La représentation du lion en Chine est importée de l’Asie Centrale.

Souvent devant l’entrée des temples, à côté du lion tenant la sphère, il y a le lion tenant dans sa pate son petit symbole du cycle de la vie. Dans le lieu, où j’ai pris ce lion il n’y avait pas de lion au petit. Par contre, à quelques métres de ce temple, un autre temple était gardé par un couple de lion dont un lion tenant son petit.

Le lion des neiges au monastère Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le lion des neiges au monastère Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Cependant, comme je l’ai déjà dit rien n’est simple. Non vraiment pas simple ! J’ai pu croisé des binômes de lions gardiens des temples qui ne répondaient pas à ces règles. Par exemple, ces deux lions semblent être deux lions typiques et pourtant, seul le lion de gauche tient quelque chose dans sa patte.

Le lion des neiges ou plutôt les lions gardiens du temple avec la fleur de vie au monatère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le lion des neiges ou plutôt les lions gardiens du temple avec la fleur de vie au monatère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le lion des neiges avec la fleur de vie au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le lion des neiges avec la fleur de vie au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Ce lion des neiges détient une sphère qui est en réalité la fleur de vie. C’est un symbole vieux de plusieurs millénaires que l’on retrouve dans plusieurs civilisations.

J’ai pu aussi observer deux lions des neiges sur les peintures des stuppas.

Le couple de lions des neiges au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Le couple de lions des neiges au monastère de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Cependant, j’ai du mal à comprendre la signification de ce couple. Dans l’art traditionnel, lorsque deux lions se font face, celui de droite est le mâle, celui de droite la femelle. Cependant, ici ils s’opposent. Y’a-t-il une signification ? Ou est-ce purement décoratif ?

Le lion des neiges ne se retrouve pas uniquement dans les sites religieux.

Le lion des neiges après avoir été le protecteur de Bouddha devient le protecteur du nouveau capitalisme mongol. Dans les deux photos suivantes, les représentations du lion ressemblent surtout à celles que l’on retrouve dans la culture chinoise. Ils n’ont pas la queue, crinière, ou pattes colorées en vert ou en bleu. C’est assez intéressant de voir que les Mongols utilisent des élèments de la culture chinoise pour protéger leur capitalisme.

le lion des neiges devant le départment store ou magasin d'Etat à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Le lion des neiges devant le départment store ou magasin d’Etat à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Ici, le lion des neiges a vocation de protéger les soldes, les achats des touristes et l’occidentalisation de la société mongole : l’Oréal et Garnier apparaissent en vitrine !

Sur le chemin de retour, entre l’orphelinat de Gacchurt et Oulan-Bator, j’ai croisé un lion des neiges. Mais je ne l’ai pas vu devant un temple, mais devant un hôtel nommé hôtel Mongolia destiné aux touristes friqués. C’est dans cet hôtel que la directrice de l’orphelinat a déposé les deux Américains qui étaient venus passer une heure dans l’orphelinat de Gacchurt.

Le lion des neiges devant l'hôtel Mongolia entre Gacchurt et Oulan-Bator. Le 26 juillet 2012.

Le lion des neiges devant l’hôtel Mongolia entre Gacchurt et Oulan-Bator. Le 26 juillet 2012.

Soizic Morin

L’orphelinat publique à quelques kilomètres d’Oulan-Bator en Mongolie.

Je reviens vers mon blog. Je fais une pause (très provisoire) dans le religieux pour vous raconter mon aventure très courte dans un orphelinat publique.

A la fin de mon séjour, l’agence avec laquelle je travaillais a décidé de me changer d’orphelinat. J’ai tenté de négocier pour rester à Gacchurt, mais impossible. Je me suis retrouvée une nouvelle fois dans la steppe mais dans un orphelinat publique. On ne parlait plus de gers, de croix, mais de grandes maisons.

L'orphelinat publique à quelques kilomètres d'Oulan-Bator en Mongolie.

L’orphelinat publique à quelques kilomètres d’Oulan-Bator en Mongolie. Le 01 août 2012.

La demeure était belle, mais le confort toujours précaire : pour prendre une douche, il fallait accepter de poser ses pieds dans une immense mare d’eau où gisaient des fils électriques. Donc : impossible. J’ai trouvé l’accueil beaucoup moins chaleureux que dans le premier. J’étais cantonnée avec l’autre française à m’occuper des enfants. Cette orphelinat avait sa cuisinière et donc il était impossible de cuisiner !

Les enfants étaient très jeunes. Souvent, le matin, nous les sortions dans le jardin de l’orphelinat.

Petite à l'orphelinat publique à proximité d'Oulan Bator.

Petite à l’orphelinat publique à proximité d’Oulan Bator. Le 01 août 2012.

La collection de frisbee.

La collection de frisbee. Le 01 août 2012.

J’ai passé beaucoup moins de temps dans cet orphelinat que dans celui de Gacchurt. Cependant, les enfants se laissaient beaucoup plus prendre en photo. Ils avaient été probablement été habitué à jouer les mannequins pour les étrangers. Cet orphelinat accueillait beaucoup d’étrangers contrairement à l’autre où j’étais la seule. Malgré la bonne volonté de ce jeune garçon, j’ai réussi à louper la photo en lui coupant les pieds, quelle dommage !

La vie à l'intérieur de l'orphelinat publique en Mongolie.

La vie à l’intérieur de l’orphelinat publique en Mongolie. Le 02 août 2012.

On peut voir que la poignée de porte est recouverte d’un gant. Il faut savoir que ce gant était humide. Quelle horreur ! Il avait été probablement mis pour limiter la transmission des microbes, la directrice du centre était médecin. La vie quotidienne se passe essentiellement au niveau du sol ! Il y a très peu de tables et encore moins de chaises. Nous donnions à manger à même le sol.

Soizic Morin

Les stûpa bouddhistes en Mongolie symbole de Bouddha.

En visitant des monastères en Mongolie, j’ai été plusieurs fois confrontée à ces étranges formes. Ces pics sont des stupas. Les stupas sont une représentation symbolique de Bouddha. Les stupas sont souvent accompagnés de moulins à prière. Les Mongols tournent autour en récitant des mantras ou bien en faisant tourner les moulins à prière.

Stupa au monastére de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Stupa au monastére de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Chaque stupas a ses particularités : formes, couleurs, hauteurs.

Détail d'un stupa au monastére de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Détail d’un stupa au monastére de Gandantegchinlin à Oulan-Bator. Le 15 juillet 2012.

Soizic Morin

Le moulin à prière.

Chers lecteurs,

Je vous propose de commencer ce soir une nouvelle série sur le religieux : l’analyse de certains objets, monuments religieux.

Nous commencerons par le moulin à prière. Le moulin religieux est d’origine tibétaine. Il est lié au bouddhisme. Il n’y a pas de monastères boudhistes sans moulins religieux.

C’est quoi  ? En règle générale, c’est un cylindre. La plupart du temps, ces moulins à prière sont alignés.

Moulins à prière au monastère d'Aryapala dans le parc national de Gorki-Terelj. Le 04 août 2012.
Moulins à prière au monastère d’Aryapala dans le parc national de Gorki-Terelj. Le 04 août 2012.

Tous les moulins à prière n’ont pas la même forme ni la même couleur. Mais ils ont la même fonction. Les Mongols doivent tourner ces cylindres dans le sens d’une aiguille d’une montre. Pourquoi Des mantras ont été déposés à l’intérieur de ces cylindres. Les Mongols pensent que les tourner revient à lire le mantra : la prière s’envole.

Moulin à prière au monastère de Gandantegchinlin. Le 15 juillet 2012.

Moulin à prière au monastère de Gandantegchinlin. Le 15 juillet 2012.

Parfois, au lieu d’avoir une série de moulins à prière, nous pouvons juste avoir un gros moulin à prière. Je n’ai pas compris ce que les Mongols regardaient vers le haut.

Un unique moulin à prière au monastère d'Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

Un unique moulin à prière au monastère d’Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

J’ai été surprise de voir qu’au monastére d’Aryapala, beaucoup de moulins à prière étaient en mauvais état.

Moulin à prière au monastère d'Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.
Moulin à prière au monastère d’Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

Ou en très mauvais état …

Moulin à prière au monastère d'Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

Moulin à prière au monastère d’Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

L’ovoo : symbole du chamanisme en Mongolie.

J’ai vu une seule fois un ovoo entre Gacchurt et Oulan-Bator. Je l’ai vu quand j’étais en voiture. La conductrice était peu sympathique, je n’ai pas osé demander à ce que l’on s’arrête. Craignant à juste titre de ne plus en revoir, j’ai décidé quand même de prendre la photo.

L'ovoo mongol entre Gacchurt et Oulan-Bator en Mongolie. Le 26 juillet 2012.

 (  L’ovoo mongol entre Gacchurt et Oulan-Bator en Mongolie. Le 26 juillet 2012.

Difficile d’expliquer en quelques mots ce qu’est le chamanisme. C’est une forme de spiritualité. Ces adeptes voient l’univers comme un tout. Il est originaire de Sibérie. L’ovoo est un symbole du chamanisme mongol. L’ovoo est fait avec un tas de pierre. L’ovoo permet aux Mongols de rendre un culte aux montagnes et au ciel. Quand ils passent devant, ils doivent s’arrêter, ils doivent tourner autour et faire une offrande.

Soizic Morin

Le monastère d’Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj.

Le monastère d’Aryapala est un mystère. Il se trouve dans le parc national de Gorkhi-Terelj.

Le site naturel est magnifique. Il se situe précisément dans la « ville de Maanit ». Demain, 13 novembre, il fera au mieux -14°C. Bon courage pour les touristes.

Le site du monastère d'Aryapala à Maanit au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

Le site du monastère d’Aryapala à Maanit au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

C’est un monastère peu connu. Je suis partie avec deux autres Français en week-end à au parc national de Gorkhi-Terelj. Nous avions entendu parler de ce monastère. Cependant, nous avons eu beaucoup de mal à obtenir des informations pour savoir où il se situait. Certains Mongols n’avaient jamais entendu parler de ce monastère.

Le monastère d'Aryabal. Le 04 août 2012.

Le monastère d’Aryapala. Le 04 août 2012.

En réalité, il faudrait parler du temple d’Aryapala. Quand j’ai visité le site, j’ai eu l’impression d’avoir affaire à un vieux temple. Or la construction a débuté en 1998 pour se terminer en 2004.

Construction autour du monastère d'Aryapala. Le 04 août 2012.

Construction autour du monastère d’Aryapala. Le 04 août 2012.

Pour accèder à ce monastère, il faut prendre un chemin avec un pont. Ce chemin est accompagné de cadres avec des inscriptions rappelant des enseignements du bouddhisme.

Le chemin vers le monastère d'Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012. Soizic Morin.

Le chemin vers le monastère d’Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012. 

J’ai trouvé que ce temple se distinguait des autres par le nombre de peintures présentes autour des bâtiments. Cette peinture représente deux élèments : le pouvoir des dix symboles et le mantra Om Mani Padma Hum.

Le mantra Om Mani Padma Hum et le pouvoir des dix symboles au monastère d'Aryapala. Le 04 août 2012.

Le mantra Om Mani Padma Hum et le pouvoir des dix symboles au monastère d’Aryapala. Le 04 août 2012.

 

Autre originalité du monastère : la présence importante de peinture sur pierre. Ces peintures représentent des scènes, personnages liées au bouddhisme. Par exemple, ce Bouddha peint est censé recevoir les souhaits des fidèles.

Le Bouddha des voeux. Au monastère d'Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. 4 août 2012.

Le Bouddha des voeux. Au monastère d’Aryapala dans le parc national de Gorkhi-Terelj. 4 août 2012.

La peinture ci-dessous m’intrigue beaucoup. J’ai tenté de faire quelques recherches. Il représenterait le grand père blanc professeur de bouddhiste. Autant dire que cette dénomination me laisse perplexe. Si certains savent exactement ce que c’est je suis preneuse. On peut remarquer que ce personnage reçoit des offrandes composées de bonbons. Juste avant que j’arrive il y avait une collection de pigeons.

Le grand-père bouddhiste au monastère d'Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

Le grand-père bouddhiste au monastère d’Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Le 04 août 2012.

 

Soizic Morin