Un urbanisme communiste

La Mongolie fut pendant plusieurs décennies un pays sous l’emprise soviétique. L’ architecture en est très marquée. Les immeubles sont imposants, droits, sans artifices. Ils ressemblent un peu à nos HLM !

Et un petit plus :

http://soizicenvoyage.wordpress.com/.

Le blog de TOUTES mes photos de voyage : de Madrid à Oulan-Bator en passant par Dakar et …

Soizic MORIN.

Publicités

Surmonter les bouchons, surmonter la noyade : les transports à Oulan-Bator !

Pour se déplacer à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, il est nécessaire de

  • supporter les bouchons,
  • et savoir nager !

Oui, ceci peut paraître paradoxal et pourtant ! Oulan-Bator, comme toutes les capitales subie en permanence des bouchons !

Peace Avenue à Oulan-Bator, devant le café d'Amsterdam. Le 31 juillet 2012 dans l'après-midi !

Peace Avenue à Oulan-Bator, devant le café d’Amsterdam. Le 31 juillet 2012 dans l’après-midi !

La voiture mongole doit aussi savoir nager ou du moins être assez solide pour traverser les routes inondées, nombreuses même sur les grandes avenues !

En terme de confort, après la voiture vient le bus, et là je vous dis bon courage pour le prendre ! Pourquoi ? Sur les bus, il y a plusieurs numéros indiqués, or seulement un de ces numéros correspond à la ligne voulue.

Quel numéro choisir pour les bus d'Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Quel numéro choisir pour les bus d’Oulan-Bator ? Le 28 juillet 2012.

J’ai  rarement pris le bus à cause de ce problème ! A mon arrivée à Oulan-Bator, j’ai travaillé dans un orphelinat un peu à la périphérie d’Oulan-Bator. Ma superviseure m’avait conseillé de prendre le bus. Deuxième retour solo : erreur fatal ! Le bus n’est pas le bon, il m’emmène je ne sais où, moment de panique, je descend ! Je tente de me retrouver sur mon plan, impossible, je demande mon chemin, mais les Mongols que je croise ne me comprennent pas ou je ne les comprends pas ! Il pleut, beaucoup ! Miracle, j’aperçois une femme occidentale, elle parle anglais ; malgré mon anglais niveau CP, elle arrive à  me comprendre ! Elle aussi veut retourner dans le centre ! On tente le taxi, mais rien, on a marché, marché, et miracle le blue sky nous est apparu ! Pour la petite histoire : mon carnet de vaccination n’a pas supporté la pluie, il a fini en morceaux ! Conclusion : les fois d’après, j’ai préféré emprunter mes pieds plutôt que le bus, le chemin était à la base simple : toujours tout droit, il y en avait pour une petite heure !

Mais comment achète-t-on un ticket de bus ? Et bien impossible de frauder : une gentille dame nous remarque à l’entrée et nous vend un ticket une fois installé confortablement dans le bus. Le ticket est à environ 500 turgiks c’est à dire 20 centimes !

L'achat du ticket de bus à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

L’achat du ticket de bus à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Alors oui comme en France, j’ai préféré être piétonne. Mais comme en France, être piéton a ses petits inconvénients. Il faut être patient pour traverser, l’autorisation pour traverser est de très courte durée ! J’avais développé une technique de survie : toujours traverser en même temps qu’un groupe de Mongols : si eux traversaient, c’est que le danger devait être limité !

Puis, il faut savoir nager ou à défaut être équipé de brassards !

Une aide généreuse apportée aux piétons à Oulan-Bator. Le 14 juillet 2012.

Une aide généreuse apportée aux piétons à Oulan-Bator. Le 14 juillet 2012.

Et un petit plus :

http://soizicenvoyage.wordpress.com/.

Le blog de TOUTES mes photos de voyage : de Madrid à Oulan-Bator en passant par Dakar et …

Soizic MORIN.

Une interdiction non respectée …

Chaque pays a ses interdits. La Mongolie en partage un avec la France : il est interdit de boire (de l’alcool) sur la place publique !

Or on peut voir des hommes ivres errant dans les rues d’Oulan-Bator avant 12h00. Pourtant cet écriteau ne s’adresse pas aux Mongols : il suffit de voir la langue utilisée ! Ce mini-panneau était accroché à la porte d’une guesthouse (auberge de jeunesse), résidence qui s’adresse essentiellement aux occidentaux !

En effet, certains tourismes s’autorisent à dépasser certaines limites en Mongolie !

DSCN1317 copie

La question que tout le monde se pose : est-ce que ce panneau est dissuasif ?

NON !

Et un petit plus :

http://soizicenvoyage.wordpress.com/.

Le blog de TOUTES mes photos de voyage : de Madrid à Oulan-Bator en passant par Dakar et …

Soizic MORIN.

Le mémorial de Zaisan : le monument qui scelle l’amitié russo-mongole !

Le mémorial de Zaisan à Oulan-Bator se mérite, il est loin du centre ville, et surtout il est en hauteur !

Le mémorial de Zaisan scelle une amitié, et pas n’importe laquelle, l’amitié russo-mongole ; il ne faut pas oublier que les Mongols perçoivent les Russes comme les libérateurs des envahisseurs Chinois en 1921, et des Japonnais en 1939 !

Le mémorial de Zaisan à Oulan-Bator en Mongolie. Le 28 juillet 2012.

Le mémorial de Zaisan à Oulan-Bator en Mongolie. Le 28 juillet 2012.

Avant d’accéder aux peintures qui glorifient les interventions russes, il faut escalader 300 marches ! Mais heureusement, les amis de Mickey sont là pour nous supporter, ouf !

Les 300 marches du mémorial de Zaisan à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Les 300 marches du mémorial de Zaisan à Oulan-Bator. Le 28 juillet 2012.

Pour se réconforter, une vendeuse aux pignons de pins se trouve sur le chemin. Je lui ai acheté un sachet en échange d’une   photo ! Je ne savais pas ce que c’était ! Je n’ai pas voulu goûter au départ, puis quand j’ai appris ce que c’était, trop tard, le sachet avait disparu !

La vendeuse des pignons de pins  le mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

La vendeuse des pignons de pins le mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

300 marches plus loin, nous sommes face aux soldats russes et à leurs décorations militaires !

Le soldat à l'entrée du  mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Le soldat à l’entrée du mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

le mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

le mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Puis, l’histoire russo-mongole se dessine à travers ce cercle.

Il y a d’abord le remerciement des Mongols aux Russes après la victoire contre les Chinois et l’indépendance mongole.

L'aide russe aux Mongols contre les Chinois au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

L’aide russe aux Mongols contre les Chinois au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Puis, la victoire des Russes contre l’envahisseur japonais en 1939.

La victoire des Russes contre les Japonais au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

La victoire des Russes contre les Japonais au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Et puis, il y a la conquête spatiale ! L’histoire du XXe siècle est retracée, enfin certains moments bien choisis ! Le jour de ma visite, la flamme était éteinte, deux enfants avaient pris sa place !

La conquête spatiale au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

La conquête spatiale au mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Quand on revient en bas, le spectacle n’est pas complètement terminé, on peut voir un char soviétique et un jeu de tir pour les enfants ! Le char a été acheté par les Mongols.

Le char russe en bas du mémorial de Zaisan. Le 28 juillet 2012.

Soizic MORIN.

Le parc national de Gorkhi Terelj.

J’ai passé mon dernier week-end dans le parc national de Gorkhi Terelj, le parc national où il y a le fameux rocher de la tortue.

Le rocher de la tortue au parc national de Gorkhi Terej. Le 03 août 2012.

Le rocher de la tortue au parc national de Gorkhi Terej. Le 03 août 2012.

La première étape du week-end a consisté à trouver une voiture avec chauffeur : et là heureusement une personne a réussi à s’en occuper. Puis, nous sommes partis. Et au bout de quelques heures, nous sommes arrivés. Premier réflexe : trouver une ger pour dormir le soir puis aller manger. Nous avons logé dans un petit village à proximité de Gorkhi Terelj. En face, de la ger, il y avait un groupe d’hommes, je ne sais pas trop ce qu’il faisait. Je leur ai demandé si je pouvais les prendre en photo, ils ont accepté !

Un groupe d'hommes à Gorkhi Terelj. Le 03 août 2012.

Un groupe d’hommes à Gorkhi Terelj. Le 03 août 2012.

J’ aime bien cette photo : elle souligne une habitude des hommes mongols : ils ont souvent le torse à l’air ; un des hommes a un téléphone portable un symbole de la modernité dans un village perdu !

Nous avons pris la voiture, direction le rocher de la tortue (voir la photo ci-dessus). Nous avons été surpris de voir un autre rocher qui ressemble un peu à une tortue (encore !).

Le faux rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Le faux rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Et puis, il faut monter cette tortue, et il faut ensuite la descendre, et là ça peut devenir vite cocasse !

Descendre le rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

Descendre le rocher de la tortue. Le 03 août 2012.

J’avoue avoir été assez surprise de voir autant de Mongols se balader dans ce parc. Pour les Mongols, ce parc de Terelj est un peu l’équivalent de la Sainte Victoire pour les Aixois ! Alors parfois, on fait des rencontres !

Une rencontre dans la tortue. Le 03 août 2012.

Une rencontre dans la tortue. Le 03 août 2012.

Il faut l’avouer du haut de la tortue, la vue est sublime et instructive !

Les montagnes mongoles et les travaux ... Le  03 août 2012.

Les montagnes mongoles et les travaux … Le 03 août 2012.

Le parc national de Terelj est devenu un véritable parc à travaux … Difficile de dire s’il faut s’en réjouir ou s’en attrister ! Sur cette autre photo, j’ai supposé que les petits cabanons étaient destinés aux touristes à cause de la ressemblance avec les « maisons de vacances » dans le centre chrétien de Gacchurt. La couleur est en supplément !

Des cabanons à touristes à Terelj ? Le 03 août 2012.

Des cabanons à touristes à Terelj ? Le 03 août 2012.

Après avoir été au monastère d’ Aryapala (https://oulanbator2012.wordpress.com/2012/11/10/le-monastere-daryabal/.), nous sommes rentrés au petit village où nous logions. Le coin était vraiment mignon. Beaucoup de Mongols passaient aussi le début de soirée au bord de cette rivière !

Ballade au bord de la rivière dans le parc national de Terelj. Le 03 août 2012.

Ballade au bord de la rivière dans le parc national de Terelj. Le 03 août 2012.

Si on regard bien la photo, au fond à droite, on voit des maisonnettes  Je pense encore une fois qu’elles sont destinées aux Mongols un peu enrichis qui s’offrent une maison à la campagne ! Il faut souligner un paradoxe : pour les touristes occidentaux on installe des gers, signe de la culture mongole, pour les touristes mongols on construit des maisons de campagne à l’européenne !

Les préoccupations des Mongols le week-end ne sont pas si éloignées des nôtres : photographier et pianoter son iphone ! Je n’avais pas rencontré cette enthousiaste pour les technologies (que je ne rejette absolument pas, étant donné que j’en suis moi même accro !) au Sénégal ! Je verrai à Madagascar !

Un déjeuner sur l'herbe en Mongolie. Le 03 août 2012.

Un déjeuner sur l’herbe en Mongolie. Le 03 août 2012.

Et puis parfois, on rencontre des scènes typiquement mongoles.

Une scène un peu cocasse. Le 03 août 2012.

Une scène un peu cocasse. Le 03 août 2012.

On continue à faire des rencontres.

Le guide du cheval and me. Le 04 août 2012.

Le guide du cheval and me. Le 04 août 2012.

Ce petit guide était un petit malin. Nous avions demandé de faire une promenade en cheval d’une heure ! A l’heure des nouvelles technologies, aucun des Français de mon groupe avait une montre ! Donc impossible de surveiller l’heure ! Le guide nous fait faire une pause ! Puis part nager dans la rivière ! On revient, nous avions fait trois heures de ballade. Les loueurs des chevaux voulaient nous faire payer pour 3h00, pas question. Nous avons payé pour une 1h30 puis nous sommes partis ! L’argent et surtout l’arnaque aux touristes sont souvent un problème dans les pays en développement . Cette mésaventure n’a pas gâché la suite du week-end !

Une petite photo amusante pour terminer ce chapitre : je me souviens que je voulais absolument qu’on me prenne en photo les pieds dans l’eau, mais je ne sais plus à cause de quel pari débile ! Alors cap ou pas cap !

Cap ou pas cap. Le 04 août 2012.

Cap ou pas cap. Le 04 août 2012.

Soizic Morin.

A une vingtaine de kilomètres d’ Oulan-Bator.

A la fin de mon séjour, j’ai eu l’occasion d’aller travailler dans un second orphelinat perdu dans la steppe ! Cependant, je serai incapable de vous donner le nom de ce site.

J’ai mis à l’aller un peu plus de 2h00 pour m’y rendre. Nous avons voyagé en début de soirée ! Je pense que l’orphelinat était à une vingtaine de kilomètre d’Oulan-Bator.

Le voyage en voiture, en particulier en soirée, est un peu particulier : on n’est pas certain de revoir les endroits (et donc on les prend en photo), il n’y a pas de routes, mais plutôt des sentiers . Un certain sentiment d’angoisse peut apparaître : il y a peu de visibilité, le chauffeur est un parfait inconnu et on ne sait pas où l’on va …

Vers de nouveaux horizons ! Le 31 juillet 2012.

Vers de nouveaux horizons ! Le 31 juillet 2012.

Et même s’il y a une certaine peur, l’envie de découvrir cette terre est présente, alors on prend l’appareil photo, et on tente quelques clichés qui serviront plus tard de preuve !

En route vers l'aventure. Le 31 juillet 2012.

En route vers l’aventure. Le 31 juillet 2012.

Les mêmes mais en vidéo :

Au bout de quelques heures, je suis arrivée à destination, sans savoir où j’étais exactement, et je ne le sais toujours pas ! C’est quelque part dans la steppe. Dans ce second orphelinat, il y avait déjà une Française. Le matin, nous nous occupions des enfants, et l’après-midi nous partions marcher. Contrairement à Gacchurt, il y avait plus de villageois (un toutes les dix minutes !).

Sur cette photo, le chien ressemble presque à nos chiens en Occident : poils brillants, poids correct. S’occuper bien d’un chien est un luxe que les Mongols ne peuvent pas toujours se payer !

Une rencontre dans la steppe. Le 01 août 2012.

Une rencontre dans la steppe. Le 01 août 2012.

Ces deux hommes sont bergers, ils laissent leurs moutons courir dans l’herbe. A quelques mètres, ils avaient attachés leur cheval. Ils ont insisté pour qu’on donne de l’herbe au cheval. Cependant, à chaque fois qu’on s’approchait de lui, il reculait et il s’entortillait dans ses cordes. Le cheval nous faisait trop mal au cœur, nous avons renoncé en espérant ne pas avoir trop offusqué les bergers.

 Les bergers de la steppe. Le 01 août 2012.

Les bergers de la steppe. Le 01 août 2012.

Durant cette balade, nous avons croisé des Mongols à cheval, aussi banal que des Français en voiture !

Des cavaliers de la steppe. Le 01 août 2012.

Des cavaliers de la steppe. Le 01 août 2012.

 

Et puis, il y a les fameux animaux en liberté !

Les célèbres chevaux mongols. Le 01 août 2012 !

Les célèbres chevaux mongols. Le 01 août 2012 !

Et surtout les yaks, ces fameux yaks qui auront été un peu le fil conducteur de mon voyage …

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

Et parfois, on retrouve des animaux morts !

Un ancien yak. Le 01 août 2012.

Un ancien yak. Le 01 août 2012.

Soizic MORIN

Gacchurt, ma première expérience avec la steppe !

Avant de partir en Mongolie, je savais que j’allais résider dans un orphelinat perdu dans la steppe, perdu dans une petite localité nommée Gacchurt !

Ce fut une expérience un peu violente au départ : absence d’eau courante pour les douches, des W.C à des milliers de kilomètres (bon en réalité quelques mètres, mais quand il pleut on a l’impression qu’on court sur 10 kilomètres !).

Le coucher de soleil à Gacchurt. Le 21 juillet 2012.

Le coucher de soleil à Gacchurt. Le 21 juillet 2012.

J’ai passé 8 jours à Gacchurt. Ce séjour fut divisé en deux : tous les 4 jours une nouvelle équipe d’employée arrivée !

Lors des 4 premiers jours, j’avais le droit de sortir comme je le voulais. Cependant, comme je venais d’arriver mon âme d’aventurière fut limitée ; j’avoue juste le premier jour, j’ai tenté de faire une sieste dans l’herbe, cependant un insecte mi-sauterelle / mi-criquet m’empêcha de m’assoupir. A la sortie de l’orphelinat, j’ai surtout rencontré des troupeaux de vaches.

Troupeau de vaches à Gacchurt. Le 20 juillet 2012.

Troupeau de vaches à Gacchurt. Le 20 juillet 2012.

Arriva le cinquième jour, mon âme d’aventurière refit surface, je me décidai à sortir ! Mais ce fut impossible ! L’équipe des employées de l’orphelinat avait changé, et je n’avais plus le droit de sortir seule, donc de sortir tout court !

La steppe à Gacchurt se limite à deux images paradoxales. La première vision est celle d’un amas de poubelle. Gacchurt est devenu pour les chrétiens d’Oulan-Bator, une destination de villégiature. Ces hommes produisent des déchets qui s’accumulent sans être ramassés.

Les poubelles à Gacchurt. Le 24 juillet 2012.

Les poubelles à Gacchurt. Le 24 juillet 2012.

A côté de cette image, il y avait les paysages magnifiques en particulier ceux du coucher du soleil. Quand je regardais ces paysages, je me disais que j’avais de la chance d’être là à ce moment-là !

Le coucher de soleil à Gacchurt. Le 21 juillet 2012.

Le coucher de soleil à Gacchurt. Le 21 juillet 2012.

Soizic Morin.

La steppe : le rêve de l’Occidental en Mongolie !

L’étranger qui se rend en Mongolie ne s’y rend pas pour l’activité foisonnante de sa capitale ! Il s’y rend pour voir LA steppe !

Si je vous dis steppe, que me dites vous ? Moi et mon esprit de clown avions tendance à répondre yaks !

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

L’étranger normal se rend en Mongolie pour voir de grands espaces et dormir dans une ger !

Une famille dans la steppe avec sa ger. Le 01 août 2012.

Une famille dans la steppe avec sa ger. Le 01 août 2012.

Alors oui, j’en ai vu des yaks, mais la steppe ou plutôt les steppes, ce n’est pas seulement les yaks. C’est ce que je vais tenter de vous expliquer dans ce nouveau chapitre spécial steppe. Parce que la steppe, pour s’y rendre depuis Oulan-Bator, c’est d’abord l’aventure !

Bars, pubs à Oulan-Bator, un petit air d’Occident ?

Les Bars, cafés, pubs pullulent à Oulan-Bator. Ils souhaitent attirer les Mongols enrichis et les Occidentaux en quête d’Occident le temps d’une soirée ou d’un après-midi.

Je me suis rendue à deux reprises au First Mongolian Irish : le lundi soir 30 juillet et l’après-midi du 31 juillet. Je garde un souvenir assez mémorable de la soirée du lundi 30 juillet, un peu comme toutes mes soirées à Oulan-Bator ! Souvenirs, souvenirs, j’ y étais allée boire un verre avec d’autres Français rencontrés en Mongolie. A un moment donné, des Mongols nous appellent pour suivre un match des JO à la télévision. Nous nous y rendons, et là : le Mongol gagne (quel sport, je n’en sais rien). Champagne pour tout le monde, et surtout pour mes cheveux : la bouteille de champagne s’est dirigée dans ma direction.

First Mongolian Irish à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

First Mongolian Irish Pub à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

First Mongolian Irish à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

First Mongolian Irish Pub à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

La décoration de ce pub est un savant mélange de tradition mongole avec les sièges et de produits occidentaux avec les bières, cafés proposés ! La façade extérieur porte un écrit en mongol et un autre en anglais …

First Mongolian Irish à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

First Mongolian Irish Pub à Oulan-Bator. Le 31 juillet 2012.

La version mongole.

La version mongole à Oulan-Bator le 31 juillet 2012.

Les pubs mongols tentent de recréer une décoration un peu à l’anglaise.

Pub vers Séoul street à Oulan-Bator. Le 29 juillet 2012.

Pub vers Séoul street à Oulan-Bator. Le 07 août 2012.

Dans ce pub, j’ai eu la chance incroyable de rencontrer une star mongole ! Bon, j’ai oublié le nom, et je n’ai pas de photos de lui.

Et qu’est ce qu’on consomme dans ces bars mongols ?

Mojito and co dans un pub d'Oulan-Bator. Le 07 août 2012.

Mojito and co dans un pub d’Oulan-Bator. Le 07 août 2012.

Mojito : TB, Gâteau : peu mieux faire (un peu sec !).

A Oulan-Bator, il y a un café où l’on trouve quasiment que des Français : le café d’Amsterdam ! Le café d’ Amsterdam se situe sur Peace Avenue à quelques pas du magasin d’Etat.

Le café d' Amsterdam à Oulan-Bator. Le 30 juillet 2012.

Le café d’ Amsterdam à Oulan-Bator. Le 30 juillet 2012.

Le café d' Amsterdam à Oulan-Bator. Le 30 juillet 2012.

Le café d’ Amsterdam à Oulan-Bator. Le 30 juillet 2012.

On consomme dans ce café des produits occidentaux. Les prix sont relativement chers, il me semble que je payais un peu plus de 2 euros le café. Il faut savoir que les Mongols ne boivent pas autant de café que les Français, ils préfèrent le thé !

Autre point commun avec les cafés bobos à la française : l’exposition photo ! Il manquait plus qu’un petit air de Vincent Delerm …

Ce café est composé d’une grande terrasse un peu hauteur. Elle donne une vue sur l’activité automobile de Peace Avenue.

Et enfin pour finir cette série, il faut parler de la boulangerie française située à Oulan-Bator. Tous les Français qui sont à Oulan-Bator savent qu’il y a une boulangerie française. Le vendeur parle français en fait je crois qu’il est Français. Les viennoiseries sont correctes même si elles manquent un peu de beurre ! Ce que j’aimais dans ce café-boulangerie c’était la présence de magazine français !

La boulangerie française à Oulan-Bator le 30 juillet 2012 !

La boulangerie française à Oulan-Bator le 30 juillet 2012 !

Et puis, il y a eu le petit-déjeuner de Terelj. J’étais partie en week-end avec deux autres Français. Insomniaque, je m’étais levée au lever du soleil, au bout d’une petite heure, je fus rejoint par un autre Français. On a commencé à marcher dans le silence du petit matin, puis on est tombé sur un hôtel de luxe :

Un hôtel de luxe à Terelj. Le 04 août 2012.

Un hôtel de luxe à Terelj. Le 04 août 2012.

Curieux nous rentrons, et nous voyons que l’hôtel propose une formule petit-déjeuner ! C’est un buffet magnifique avec du sucré, du salé, tout à volonté  Le prix nous fait réfléchir : environ 50 euros. On ressort, mais l’envie de goûter ces merveilles restent, on se regarde, et on y retourne, tant pis pour les 50 euros ! Et je n’ai pas regretté !

Le petit-déjeuner terminé à Terelj. Le 04 août 2012.

Le petit-déjeuner terminé à Terelj. Le 04 août 2012.

Soizic Morin

La gastronomie mongole : symbole de la mondialisation ?

Goûter la nourriture de l’autre, c’est goûter sa culture, aller à sa rencontre !

En Mongolie, et plus particulièrement à Oulan-Bator, le visiteur est face à une offre très variée : il a le choix entre la nourriture typiquement mongole comme les buzz ou bien le plat bien occidental comme la pizza. Mon premier repas à Oulan-Bator s’est fait dans une pizzeria ; je regrette de n’avoir pris aucune photo. Le décor de cette pizzeria était kitsch au possible, il ressemblait un peu à nos Bistr. R.main !

Quelques jours plus tard, j’ai eu l’occasion de manger dans un restaurant ouzbek, pareil je n’ai pas de photo, je n’ai pas osé en prendre !

Observer le type de restaurant, snack, bar à Oulan-Bator, c’est faire de la géographie, c’est prendre conscience que cette capitale s’est ouverte sur le monde (n’en déplaise aux manuels de géographie distribués dans les collèges), en d’autres termes : la Mongolie (ou au moins une partie) entre progressivement dans la mondialisation !

Se préparer à l'aventure même si c'est le dernier jour de mon voyage. Le 05 août 2012 sur la route de Genghis Khan !

Se préparer à l’aventure même si c’est le dernier jour de mon voyage. Le 05 août 2012 sur la route de Genghis Khan !