A une vingtaine de kilomètres d’ Oulan-Bator.

A la fin de mon séjour, j’ai eu l’occasion d’aller travailler dans un second orphelinat perdu dans la steppe ! Cependant, je serai incapable de vous donner le nom de ce site.

J’ai mis à l’aller un peu plus de 2h00 pour m’y rendre. Nous avons voyagé en début de soirée ! Je pense que l’orphelinat était à une vingtaine de kilomètre d’Oulan-Bator.

Le voyage en voiture, en particulier en soirée, est un peu particulier : on n’est pas certain de revoir les endroits (et donc on les prend en photo), il n’y a pas de routes, mais plutôt des sentiers . Un certain sentiment d’angoisse peut apparaître : il y a peu de visibilité, le chauffeur est un parfait inconnu et on ne sait pas où l’on va …

Vers de nouveaux horizons ! Le 31 juillet 2012.

Vers de nouveaux horizons ! Le 31 juillet 2012.

Et même s’il y a une certaine peur, l’envie de découvrir cette terre est présente, alors on prend l’appareil photo, et on tente quelques clichés qui serviront plus tard de preuve !

En route vers l'aventure. Le 31 juillet 2012.

En route vers l’aventure. Le 31 juillet 2012.

Les mêmes mais en vidéo :

Au bout de quelques heures, je suis arrivée à destination, sans savoir où j’étais exactement, et je ne le sais toujours pas ! C’est quelque part dans la steppe. Dans ce second orphelinat, il y avait déjà une Française. Le matin, nous nous occupions des enfants, et l’après-midi nous partions marcher. Contrairement à Gacchurt, il y avait plus de villageois (un toutes les dix minutes !).

Sur cette photo, le chien ressemble presque à nos chiens en Occident : poils brillants, poids correct. S’occuper bien d’un chien est un luxe que les Mongols ne peuvent pas toujours se payer !

Une rencontre dans la steppe. Le 01 août 2012.

Une rencontre dans la steppe. Le 01 août 2012.

Ces deux hommes sont bergers, ils laissent leurs moutons courir dans l’herbe. A quelques mètres, ils avaient attachés leur cheval. Ils ont insisté pour qu’on donne de l’herbe au cheval. Cependant, à chaque fois qu’on s’approchait de lui, il reculait et il s’entortillait dans ses cordes. Le cheval nous faisait trop mal au cœur, nous avons renoncé en espérant ne pas avoir trop offusqué les bergers.

 Les bergers de la steppe. Le 01 août 2012.

Les bergers de la steppe. Le 01 août 2012.

Durant cette balade, nous avons croisé des Mongols à cheval, aussi banal que des Français en voiture !

Des cavaliers de la steppe. Le 01 août 2012.

Des cavaliers de la steppe. Le 01 août 2012.

 

Et puis, il y a les fameux animaux en liberté !

Les célèbres chevaux mongols. Le 01 août 2012 !

Les célèbres chevaux mongols. Le 01 août 2012 !

Et surtout les yaks, ces fameux yaks qui auront été un peu le fil conducteur de mon voyage …

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

La rencontre avec les yaks tant recherchés. Le 01 août 2012.

Et parfois, on retrouve des animaux morts !

Un ancien yak. Le 01 août 2012.

Un ancien yak. Le 01 août 2012.

Soizic MORIN

Publicités

Une réflexion sur “A une vingtaine de kilomètres d’ Oulan-Bator.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s