Qu’est ce qu’on mange à l’orphelinat de Gacchuurt à quelques kilomètres d’Oulan-Bator en Mongolie.

Les repas à l’orphelinat de Gacchurt n’étaient pas très variés. Je vous propose cet article pour vous présenter la gastronomie mongole.

Le petit déjeuner.

Le petit déjeuner.

Le petit déjeuner se compose de lait … au thé.

Les employées font chauffer du lait. Dans ce lait, elles y font infuser un sachet de thé, puis elles y ajoutent du sel. Les petits boivent ce lait. La couleur de cette boisson est grise.

Le petit déjeuner s’accompagne d’une tranche de pain avec du beurre mongol (très consistant). Parfois, nous avions le droit à du riz au raisin et au beurre. C’était très bon.

La tarte du matin.

La tarte du matin.

Le matin, vers 10h00, les enfants avaient souvent le droit à une petite sucrerie.

Cette gourmandise se composait souvent de gaufrettes. La tartelette de bonbon était pour les grands jours. Toutes les employées ne la faisaient pas. Seule l’employée bleue faisait les tartelettes de bonbon. Quand je l’avais vu faire la première fois j’avais été étonnée. Je la prenais pour une femme froide et distante des enfants. Et pourtant, elle prenait du temps pour faire ces petites tartes que les enfants aimaient tant.

Le repas du midi.

Le midi, nous mangions toutes sortes de beignet de viande.

Le buzz est l’équivalent du ravioli chinois. Il y a aussi le khuchuur. Au début, j’adorais les khuchuur. L’idée d’en manger me faisait saliver. Cependant, une assiette de khuchuur la veille de mon retour en France fut fatale à mon organisme.

De quoi se compose le khuchuur et autre beignets, buzz ? De viande ! Je pense de la viande de mouton ! Mais si le mouton vient à manquer … Pour 25 personnes, prendre une carotte, quelques oignons, et du mouton.  J’ai été amusée et étonnée de voir que la diversité des noms pour les raviolis : à chaque forme de ravioli une dénomination différente. Et les Mongols y tiennent !

Le goûter de l'après-midi.

Le goûter de l’après-midi.

Les enfants avaient souvent le droit l’après-midi à un fruit !

Le fruit comme le légume est une denrée très rare en Mongolie. Pourquoi ? Rappel du cours de géographie 6e (ancien programme) : en Mongolie, c’est de la steppe, et donc le sol est composé de cailloux. Il ne faudrait pas oublier le climat continental ! Les enfant avaient le plus souvent droit à une pomme.

Le repas du soir.

Le repas du soir.

Le repas du soir commence vers 18h00/18h30 et se termine assez tôt. Avant 19h00. Comme dans les maisons de retraite.De quoi se compose-t-il ? Le repas du soir est une espèce de bouillie/potage.

Ce potage se compose d’un peu de viande. Il y a une carotte pour 25 personnes. Cette carotte est rappée. Tout le monde a le droit à son petit morceau de carotte. Il y a quatre / cinq pommes de terre. Mais l’aliment le plus étrange sont les filaments blancs que nous pouvons voir sur la photo. La première fois que je les ai vu, ces filaments étaient disposés en dehors du potage. Il fallait les ajouter à son bol. Devant la couleur grise, la texture au toucher, au départ j’ai cru que c’était du fromage. Mais du fromage qui ne fondait pas. Puis, un jour que j’aidais à la cuisine je me suis rendue compte que ces filaments étaient des pâtes sans oeufs. Oui je sais ça fait blonde de confondre du fromage et des pâtes, mais il y avait de quoi !!! Comment ces pâtes sont-elles fabriquées ??? Il faudra lire le prochain article : j’ai appris à cuisiner mongol !

ARTICLE A POURSUIVRE …

Soizic Morin

Le repas à l’orphelinat à Gacchurt à quelques kilomètres d’Oulan-Bator en Mongolie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les repas à l’orphelinat sont un grand moment. Pas un grand moment d’émotion, de partage. NON ! Un grand moment d’étonnement ! En Mongolie, le repas n’est pas considéré comme un moment de partage. Le repas doit servir à se nourrir.

Pour commencer, nous ne mangions jamais au même endroit.  

Beaucoup d’enfants mangeaient autour de la grande table, les plus rapides avaient le droit à un tabouret, certains pouvaient s’asseoir sur un coin du matelas qui leur servait de lit à la tombée de la nuit, d’autres mangeaient à part, et ceux qui ne connaissaient pas leur prière attendaient dans un coin.

De plus, nous ne mangions jamais en même temps. Souvent deux ou trois gamins étaient chargés de nourrir les petits. Et n’oublions pas les enfants punis au coin !

Qu’est ce qu’on mangeait ? Je ne sais pas exactement ! Pourtant je cuisinais tous les jours à l’orphelinat ( pour un prochain article …). Au mieux, nous mangions du mouton … Le reste ? Peut être du cheval, de la chèvre, … Enfin, ce que nous trouvions. J’avoue grâce à ce séjour dans l’orphelinat, je mange de tout maintenant. Je considère la cantine du collège où je travaille comme un trois étoile, j’accepte de manger sans problème du vieux mouton (il y a quelques années je refusais de manger de l’agneau).

Conclusion : si certains parents ont des difficultés pour faire manger leurs enfants …

le partage de la bouillie

Soizic Morin.